Speed dating tete a claque

La noirceur des films de Robert Bresson est toujours « contrebalancée » par la beauté de la forme, la symbiose entre sons et images est exceptionnelle, rares sont les cinéastes à avoir compris la nécessité d'une telle utilisation du cinématographe.La mise en scène est magistrale bien que dépouillée, le noir et blanc est sublime et la photographie ne se départit pas de son homogénéité.

speed dating tete a claque-48

Après si ça passe bien c'est parce que c'est fait avec talent.

Et j'adore la manière de filmer de Bresson, presque sans dialogue et sans réactions réalistes, les répliques désarticulées, ce n'est pas réaliste pour justement que ce soit vrai.

De voir une jeune fille filmée d'une manière si intense, si magnifique...

Tout le film est exemplaire et glaçant, mais je citerais la scène des auto-tamponneuses qui est belle à en chialer, un des rares moments de douceur du film, la seule fois ou presque où on peut voir s'esquisser un sourire sur le visage de Mouchette.

On reste frappé par cette économie de moyens si chère au réalisateur, cette rigueur dans les plans, cette esthétique minimaliste des gestes qui sont pourtant de la plus grande éloquence sur le monde dans lequel l'héroïne essaie de survivre.

Mais, il faut aussi reconnaître que la sécheresse du filmage, l'ascétisme du scénario finissent par enlever toute chair aux personnages.Le regard du chasseur ou celui du braconnier ne valent pas mieux que celui de l'épicière apparemment compatissante et charitable.Elle est toute prête à vomir sa haine si l'occasion surgit. La politesse n'est pas le respect, c'est ce que nous pouvons mesurer avec l'attitude du père de Mouchette.Bresson ne prétend pas être dans la tête de Mouchette et donc la poser en victime de ce monde extérieur si hostile, non il montre cette jeune évoluer dans ce paysage campagnard que le noir et blanc rend superbement.C'est vraiment un film très pur, très beau, aucun artifice ne vient perturber la progression du film, sobriété partout, tout le temps, et c'est ça qui est réellement touchant. Ressortie en version restaurée de "Mouchette" de Robert Bresson d'après l'oeuvre de Bernanos.Mouchette c'est un film assez horrible mais aussi magnifique par certains aspects, simplement que moi et le mélo ça fait deux, mais genre vraiment.